Je m'inscris à la newsletter de la FDC 06

  • Ball-trap à Peille
    Un Ball-Trap sera organisé à Peille...
    Lire la suite
  • Bilans saison "bécasses" O6 et PACA 2016-2017
    M. gérard Aurousseau, responsable...
    Lire la suite
  • Actions de la FNC à l'occasion des législatives
    La FNC a obtenu un engagement de la...
    Lire la suite
  • Retour des carnets de prélèvement "bécasse"
    Il est demandé à tous les chasseurs...
    Lire la suite
  • Nouvelle réglementation sur la vente des chiens et des chats
    La vente des chiens et des chats est...
    Lire la suite
  • Etude socio-économique de la chasse
    La FNC a fait réaliser une...
    Lire la suite

chamois2012jmdlr

 

 

Mi-chèvre, mi-antilope, le chamois n'est pas à l'origine une espèce exclusivement inféodée à la haute montagne. Il se rencontre naturellement de quelques centaines de mètre d'altitude à plus de trois mille mètres. L'espèce affectionne tout particulièrement les escarpements rocheux et les fortes pentes plus que l'altitude. Toutefois, la forte pression humaine exercée sur le Chamois et son habitat durant plusieurs siècles ont conduit au maintien des seules populations d'altitude.

La plupart des animaux sauvages de montagne ont développé des adaptations anatomiques et physiologiques particulières pour survivre dans un environnement hostile. Dans le cas du chamois, la taille de son cœur constitue l'une de ses plus remarquables adaptations.
Très volumineux par rapport à son corps (300 à 350 g contre 250 g pour celui de l'homme), il accroît la circulation d'un sang très riche en globules rouges (12 à 13 millions par millilitre) palliant ainsi à la diminution de la pression atmosphérique et donc de l'oxygène. Il lui faut seulement quelques minutes pour gravir mille mètres de dénivelé contre une bonne heure pour un très bon marcheur de notre espèce.

 

Dans les Alpes-Maritimes, le chamois était peu abondant dans les années 1940 se cantonnant surtout aux plus hauts massifs du département. Son renouveau s'amorçait en 1950 avec la création de la réserve nationale de chasse du Mercantour, agrandie plus tard en parc national. Dans le même temps, la création d'autres réserves de chasse et de faune sauvage, l'amélioration de la réglementation de la chasse et la réalisation de lâchers de renforcement ont contribué au développement de l'espèce.

Aujourd’hui, le chamois est présent sur 86 communes des Alpes-Maritimes. Il se répartit depuis les sommets du Mercantour jusque sur des massifs collinaires proches de la Méditerranée. Localement, il évolue à basse altitude dans des habitats où prédomine le chêne vert.

L’espèce est soumise au plan de chasse légal depuis 1989 sur l'ensemble du territoire national avec une application effective en 1990.


chamois_photo2014

 


chamois2010

Évolution spatiale de 1986 à nos jours




PRELEVEMENTS DE CHAMOIS DE 1990 A 2013 DANS LES ALPES-MARITIMES

chamois1990 2015

 

chamois adulte2015





chamois chevreau2015

 

eterlou_photo2014

 

chamois eterlou2015

 

 

 

POUR EN SAVOIR PLUS

Lire la fiche "chamois" de l'Office national de la chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS) 

 

haut