Je m'inscris à la newsletter de la FDC 06

  • Chasse du courlis cendré et de la tourterelle des bois
    Chers amis chasseurs, Si le projet...
    Lire la suite
  • Comptages d'été du mois d'août
    Le calendrier des comptages au chien...
    Lire la suite
  • Bilan turdidés 2019 dans les A.M
    Monsieur Gérard Aurousseau,...
    Lire la suite
  • Classement des "ESOD" du groupe 2
    L'arrêté du 03 juillet 2019 pris...
    Lire la suite
  • Flash info de la FNC: CNCFS sur la gestion adaptative.
    Une réunion du Conseil national de...
    Lire la suite
  • Bilan saison "bécasse" 2018-2019 pour la région PACA
    M. Gérard Aurousseau, responsable...
    Lire la suite
  • Bilan saison "bécasse" 2018-2019 pour les Alpes-Maritimes.
    M. Gérard AUROUSSEAU présente le...
    Lire la suite
  • Etude socio-économique de la chasse
    La FNC a fait réaliser une...
    Lire la suite

carnage


Les dégâts de prédateurs ( autres que ceux occasionnés par le gros gibier) touchent les élevages, les récoltes (fruitiers notamment) et parfois les habitations. 
Ces dégâts ne sont pas soumis à indemnisation.

Dégâts dans les élevages

Les dégâts dans les élevages sont réalisés principalement par les prédateurs carnivores (renards, mustélidés..) et parfois des corvidés (pies, geais,corneilles...) qui s'attaquent aux oeufs et aux oisillons.
En 2018, une enquête de la chambre d'agriculture des Alpes-Maritimes a recensé 122689€ de dégâts pour les seuls professionnels pour le seul renard (période 2015-2018). Les plaintes des particuliers recueillies par l'association de gestion et de régulation des animaux déprédateurs et prédateurs (AGRDP06) en 2014-2018  s’élèvent à 63310€ de dégâts pour les 148 communes rurales du département. 



Dégâts dans les vergers

Les dégâts  dans les vergers sont souvent le fait des corvidés (corneilles, pies..) et des étourneaux lorsqu'ils se concentrent localement pour profiter d'une nourriture fruitière abondante et riche.
Ils sont difficibles à quantifier sauf à établir un pourcentage de la récolte perdue par prédation (5%, 10% ou plus).

Dans  le 06, c'est l'étourneau sansonnet qui cause le plus de dégâts à l'oleiculture. Pour la pèriode 2014-2018, la Chambre d'agriculture a évalué les dégâts à 223833€.

Dégâts dans les habitations

Il s'agit principalement de dégâts de fouines qui dévastent l'isolation des combles (laine de verre) et rongent parfois les câblages.

degats_fouine


Dégâts dans les secteurs de réintroduction de faune sauvage

En période de nidification et lors de réintroduction de petit gibier en milieu naturel, on assiste à une recrudescence de la prédation. Dans ces zones, un piégeage limité dans le temps (1 à 2 mois avant et après la réintroduction permet de limiter la prédation locale et laisse aux animaux le temps de s'acclimater et de retrouver les réflexes de méfiance du gibier sauvage. Pour la période 2014-2018 les dégâts estimés sur la faune de repeuplement et de réintroduction s'élèvent à 119574€

Cas particulier des rapaces

Les rapaces sont protégés et il n'est pas possible de les réguler même lorsqu'ils commettent parfois des dégâts sur le gibier sauvage ou de réintroduction. Ils sont aussi très utiles à la régulation de certaines espèces.

Que faire en cas de sinistre?
Remplir une fiche de constat de dégâts en utilisant ce modèle et en l'envoyant à l'adresse indiquée. Joindre si possible une photo des dégâts qui atteste incontestablement de leur importance et qui matérialise le sinistre.

  • Demander l'intervention d'un piégeur agréé ou d'un louvetier en écrivant ou en téléphonant à la Préfecture 06 - DDTM 
  • Envoyer un mail à l'association des piégeurs (association de gestion et de régulation des animaux déprédateurs et prédateurs des AM) qui vous conseillera:  apam06pres@gmail.com .

Pour en savoir plus, visitez le site de l'association de gestion et de régulation des animaux déprédateurs et prédateurs des Alpes-Maritimes (AGRDP06)

faisans
  Prédation sur faisans

 

 
Pour pouvoir piéger un prédateur qui a fait des dégâts chez vous, il faut que l'espèce soit classée "nuisible".
Le classement "nuisible" est décidé par le Préfet de département sur avis d'une commission composée de chasseurs et de protecteurs de la nature.
Ce sont vos plaintes qui  étayent et favorisent ce classement.                         .
haut