Je m'inscris à la newsletter de la FDC 06

  • Classement des "nuisibles": consultation publique
    Conformément aux directives...
    Lire la suite
  • Bilan saison "bécasse" 2018-2019 pour les Alpes-Maritimes.
    M. Gérard AUROUSSEAU présente le...
    Lire la suite
  • Ball-trap au Mas
    Un ball-trap aura lieu le 23 juin...
    Lire la suite
  • Le concours de la Guilde des chasseurs à l'arc du 06
    La Guilde des Chasseurs à L'Arc des...
    Lire la suite
  • Chiens courants à Moulins (03) en 2019
    A l’occasion de son trentième...
    Lire la suite
  • Nouvelle réglementation sur la vente des chiens et des chats
    La vente des chiens et des chats est...
    Lire la suite
  • Etude socio-économique de la chasse
    La FNC a fait réaliser une...
    Lire la suite

bartavelle

La Perdrix rouge se rencontre sur 77 communes des Alpes-Maritimes, à la faveur de milieux ouverts aux influences méditerranéennes marquées. Dans le département, elle présente également l'originalité d’exploiter des sites de moyenne montagne méridionale où elle peut nicher jusqu’à environ 1700 m d’altitude. L'espèce se distribue essentiellement sur la moitié sud du département. Au-delà, elle est remplacée par les perdrix bartavelle et rochassière.


repartition_perdrix2010


Jusque vers les années 70, la Perdrix rouge était encore abondante et présente sur des communes côtières. L’urbanisation du littoral et les effets de la déprise agro-pastorale dans le moyen pays ont conduit à la régression de son habitat, de sa répartition et de ses effectifs. En revanche, elle s’est mieux défendue sur les Préalpes du Cheiron, pourtant en limite de son preferendum écologique. De grandes zones de landes et de pelouses sèches ainsi qu’un milieu plus difficile d’accès, faiblement urbanisé et moins soumis aux dérangements ont ici favorisé la sauvegarde d'une population sauvage de Perdrix rouges.
Le programme perdrix conduit par la Fédération des Chasseurs depuis 1997 sur l’UG 12, a d'ailleurs démontré qu’en présence d’un habitat favorable, d’oiseaux sauvages et d’importants travaux d’aménagements, l’espèce est capable de reconstituer ses effectifs et de recoloniser des espaces abandonnés pour atteindre de bonnes densités sans aucun lâcher.



Sur la moitié nord du département, Perdrix rouge et Perdrix bartavelle cohabitent à la faveur d'une zone de contact plus ou moins large, et donnent par croisement la Perdrix rochassière. Dans la pratique, il s'avère donc difficile de tracer avec exactitude une limite de répartition entre ces espèces. De plus, il s'agit en majorité d'une population de Perdrix rochassières et il s'avère pratiquement impossible de différencier ces 3 espèces en action de chasse. Afin de prendre en considération ces particularités dans le plan de chasse des perdrix du genre "Alectoris", les Alpes-Maritimes sont scindées en 2 zones pour la perdrix rouge. La zone 1 regroupe les communes de la moitié nord du département où l'espèce est soumise au plan de chasse selon les mêmes conditions que les Perdrix bartavelle et rochassière. La zone 2 concerne les communes de la moitié sud où l'espèce n'est pas concernée par le plan de chasse.

 

zonage_perdrix_rouge


POUR EN SAVOIR PLUS

Lire la fiche "perdrix rouge" de l'Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage (ONCFS)

 

haut